Sur la bouche. Une histoire insolente du rouge à lèvres
Premier parallèle (novembre 2021)

sur la bouche mardi 11 page 3.jpeg

Tout part d’un simple geste, celui de farder sa bouche. Un geste anodin, associé par excellence à la féminité, dans lequel se jouent pourtant nombre d’invisibles dialectiques. Symbole d’émancipation des femmes ou de leur soumission, emblème de patriotisme ou de trahison, de conformisme ou de rébellion, de plaisir ou d’aliénation... Il est un langage muet, mi-parure mi-porte-voix, qui raconte autant l’intime que le collectif.


À travers les pérégrinations du bâton de rouge, qu’il se pose sur les lèvres des suffragettes, des prostituées, des garçonnes, des soldates ou des stars du cinéma, c’est bien de la place des femmes dans l’espace public qu’il est question ici. De la ruée dans les premiers grands magasins à la fin du xixe siècle à l’ère post-MeToo en passant par le lipstick feminism, le récit de Rebecca Benhamou frappe à toutes les portes, donnant la parole aussi bien à Zola qu’à Madonna, à Fitzgerald qu’à Colette, à Roosevelt qu’à Vivienne Westwood.